Global Invasive Species Programme (GISP)

GISP_3Le Programme mondial sur les espèces envahissantes (GISP) a été créé en 1997. Coordonné par le « Scientific Committee on Problems of the Environment (SCOPE) », en collaboration avec l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et le « Centre for Agricultural Bioscience International (CABI) », le GISP est une branche de DIVERSITAS (programme international pour la science de la diversité biologique).

Sa mission est de contribuer à la conservation de la biodiversité et de maintenir les moyens de subsistance de l’homme en limitant (ou réduisant) la propagation et les impacts des EEE.

Ses objectifs sont de fournir un soutien politique aux accords internationaux traitant des EEE, notamment l’article 8 (h) de la Convention sur la diversité biologique (CDB), et de sensibiliser le public aux menaces posées par les EEE dans le monde.

  • Phase I (1997-2005)

Pendant cette première phase, le GISP a visé à :

  • améliorer les connaissances scientifiques sur les EEE pour aider à la prise de décision;
  • développer l’utilisation d’alertes précoces, d’évaluations et de réponses rapides ;
  • renforcer les capacités de gestion ;
  • réduire les impacts économiques des EEE ;
  • améliorer les méthodes d’évaluation des risques ;
  • renforcer les accords internationaux.

Le GISP a publié en 2001 une stratégie mondiale sur les espèces exotiques envahissantes (McNeely et al., 2001) et un guide pour une meilleure prévention et de meilleures pratiques de gestion de ces espèces (Wittenberg, 2001). Pour faciliter et coordonner la mise en œuvre de la stratégie mondiale, le Secrétariat du GISP a été constitué en 2003 au Cap (Afrique du Sud).

  • Phase II (2006-2010)

Au cours de cette seconde phase, les activités du GISP ont porté sur trois thèmes :

  • évaluer le problème des EEE et prévenir leur propagation internationale par l’amélioration des connaissances scientifiques pour aider la prise de décision et améliorer leur gestion ;
  • étudier comment les EEE affectent les principaux secteurs économiques afin de réduire leurs impacts sur les écosystèmes naturels et sur l’alimentation humaine ;
  • gérer et apporter une réponse politique en créant un environnement favorable à l’amélioration de la gestion des EEE.

(http://www.diversitas-international.org/activities/past-projects/global-invasive-species-programme-gisp)

Par manque de financements, les activités du secrétariat du GISP ont cessé en mars 2011 (http://www.bgci.org/resources/news/0794/).

Global Invasive Species Information Network (GISIN)

GISINLe Réseau mondial d’information sur les espèces envahissantes (GISIN en anglais) a été créé en 2008 pour fournir une plate-forme de partage d’informations sur les espèces envahissantes à l’échelle mondiale via Internet et d’autres moyens numériques. Ce réseau, développé par un groupe de collaborateurs dirigé par le « United States Geological Survey » (USGS)[1], donne accès à des données et informations permettant d’aider la détection, la réponse rapide ou la régulation des espèces envahissantes. Une base d’information sur les EEE est ainsi mise à disposition, compilant les données par espèce et par pays.

(http://www.gisin.org/DH.php?WC=/WS/GISIN/GISINDirectory/home_new.html&WebSiteID=4)

Invasive Species Specialist Group (ISSG)

ISSGCréé en 1994 et coordonné par la Commission de la sauvegarde des espèces (CSE) de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l’ISSG est le groupe de spécialistes de l’UICN sur les EEE. Il mobilise 196 experts de 40 pays différents et un réseau informel de plus de 2000 autres experts et personnes ressources. Les objectifs du groupe sont de renforcer la sensibilisation sur les EEE et d’améliorer les moyens de prévention, de maitrise et d’éradication (http://www.issg.org/about.htm).

Les deux principaux secteurs d’activité de l’ISSG sont de fournir des conseils techniques et politiques et de faciliter l’échange d’informations grâce à des outils en ligne et à la création de réseaux, ce qui se traduit par :

  • la promulgation de conseils scientifiques et techniques aux membres de l’UICN pour l’élaboration de stratégies de gestion et la participation aux instances internationales (CDB, Ramsar, etc.) ;
  • la publication d’un bulletin semestriel «Aliens » (http://www.issg.org/publications.htm) ;
  • la gestion de la base de données mondiale sur les espèces envahissantes « GISD » (en anglais) (http://www.issg.org/database/welcome/) ;
  • la gestion d’une liste de diffusion «Aliens-L » permettant aux utilisateurs de rechercher librement et de partager des informations sur les espèces envahissantes et les impacts qu’elles engendrent (https://list.auckland.ac.nz/sympa/info/aliens-l) ;
  • l’exploitation d’un service d’information : «Aliens-referral » qui facilite les liens entre experts et autres parties prenantes.

[1]              L’USGS est une organisation scientifique qui fournit des informations sur la santé des écosystèmes et de l’environnement : http://www.usgs.gov/aboutusgs/