CITATION

GT IBMA. 2017. Polygonum perfoliatum. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Agence Française pour la biodiversité.

UGS : Polygonum perfoliatum Catégories : ,

Polygonum perfoliatum (Persicaria perfoliata)

Nom commun : Polygonum perfoliatum
Catégorie : FLORE
Famille : Polygonaceae
Milieu : Berges de cours d’eau, prairies humides, forêts, milieux perturbés
Origine géographique : Asie (Chine, Japon, Taiwan)
Nom anglais : Mile-a-minute weed
Auteur :  (L.) H. Gross, 1919
Introduction en France :

MODALITÉS DE GESTION
La gestion de cette espèce est possible dans des sites récemment colonisés et de petite superficie. L’espèce produit une banque de graine très importante qu’il convient de considérer dans le choix des opérations de gestion (GISD, 2016, EPPO, 2008, CABI, 2015). L’arrachage manuel des semis doit être réalisé avant que les épines ne se développent sur la tige, ou doit être réalisée avec des gants épais. L’arrachage manuel peut être effectué du début du printemps jusqu’à la période de fructification (juillet en milieu tempéré). La fauche ou la coupe répétée des plantes peut également permettre de réduire la production de fruits et de graines. Le maintien de zones tampons le long des cours d’eau, constitués de la communauté végétale indigène en place, permet également de limiter son implantation et la dispersion de ses graines dans l’eau (GISD, 2016, EPPO, 2008, CABI, 2015).

Le contrôle biologique est en cours de développement pour cette espèce aux Etats-Unis. Des agents de contrôle ont été identifiés en Chine mais des expérimentations complémentaires sont nécessaires (GISD, 2016, CABI, 2015).

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
La Renouée perfoliée n’est pas encore présente en France ni en Europe. La présence de cette liane est pour l’instant limitée  à la Turquie.

Cette espèce est dotée d’une croissance très rapide, lui permettant de rapidement coloniser les milieux et de recouvrir la végétation indigène, en la privant de lumière. Sans mesures de gestion, la richesse spécifique diminue localement. L’espèce a notamment des impacts sur les semis, qu’elle étouffe en les recouvrant, et pose de nombreux problèmes dans les pépinières et plantations forestières en Amérique du Nord (GISD, 2016, EPPO, 2008)

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions :

Date de rédaction : 04/08/2017, version 1

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
X