UGS : Parthenium hysterophorus Catégories : ,

Parthenium hysterophorus

Nom commun : Fausse camomille, Herbe blanche
Catégorie : FLORE
Famille : Asteraceae
Milieu : Berges de cours d’eau, prairies, milieux urbains
Origine géographique : Mexique, Caraïbes, Amérique centrale
Nom anglais : Parthenium weed
Auteur : Linné, 1753
Introduction en France : outre-mer

MODALITÉS DE GESTION
Plusieurs modalités de gestion ont été testées mais ne se sont pas avérées efficaces : l’arrachage manuel n’est pas envisageable à cause des risques d’allergie et les traitements mécaniques (coupe, labour, broyage) dispersent les graines et entrainent une régénération rapide de la plante à partir du système racinaire (CABI, 2015). Le contrôle biologique constitue une alternative intéressante, et de nombreux travaux de recherche ont été menés depuis 1977. Actuellement, 9 espèces d’insectes et deux champignons ont été relâchés en Australie comme agents de contrôle, avec des résultats très variables. Plusieurs insectes ont donné des résultats satisfaisants en Inde (Zygogramma bicolorata, Epiblema strenuana, Listronotus setosipennis, et Smicronyx lutulentus) (CABI, 2015). D’autres recherches sont en cours.

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
La Fausse camomille n’est pas encore présente en France. En Europe, l’espèce a été observée ponctuellement en Belgique, dans les régions portuaires de Ghent et Roeslare. Elle aurait été introduite accidentellement dans les semences de céréales et de soja et dans les mélanges de graines pour oiseaux (OEPP, 2013). L’espèce est présente sur l’île de La Réunion, dans les régions nord et sud de l’île, sur le littoral et en moyenne altitude. On la rencontre également dans les régions ouest et sud-ouest, mais uniquement en altitude (400 à 800 m), dans les lieux abandonnés et les cultures ouvertes, surtout sur sols argileux (CIRAD, 2017).

La Fausse camomille a des impacts économiques importants en agriculture depuis les 30 dernières années, devenue une adventice des cultures très répandue en Australie et Inde. Sur l’île de La Réunion, elle est rencontrée dans les champs de canne à sucre et dans les cultures maraîchères (CIRAD, 2017). Sa production de composés allélopathiques réduit la richesse et la densité des communautés végétales indigènes et pose également des problèmes de régénération forestière dans les sous-bois envahis par l’espèce (CABI, 2015). L’espèce atteint cependant rarement des densités importantes dans les écosystèmes non perturbés et ses impacts sur la biodiversité restent faibles à modérés (EPPO, 2013).

La Fausse camomille présente aussi des impacts sur la santé humaine, provoquant de nombreuses allergies (dermatoses, asthme). Elle est toxique pour le bétail.

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions :

Date de rédaction : 27/07/2017, version 1

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
X