Ressources

Espèce inscrite sur la liste des espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l’Union Européenne, en application du règlement européen  n°1143/2014

Espèce interdite d’introduction dans le milieu naturel (arrêté du 30 juillet 2010). Sa détention n’est autorisée qu’au sein d’un établissement d’élevage ou de présentation au public d’animaux d’espèces non domestiques autorisé (arrêtés du 10 août 2004).

Espèce figurant sur la liste des espèces non indigènes chassables sur le territoire français dans le cadre de mesures de gestion visant à leur éradication, au contrôle de leur population ou à leur confinement (arrêté du 2 septembre 2016), elle figure également sur l’arrêté du 24 mars 2014 fixant la liste, les périodes et les modalités de destruction des espèces non indigènes. Le tir et le piégeage sont autorisés toute l’année.

Espèce également inscrite sur la liste des organismes nuisibles aux végétaux (arrêté ministériel du 31 juillet 2000, modifié par l’arrêté ministériel du 25 novembre 2011).

CITATION

GT IBMA. 2016. Ondatra zibethicus. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Agence française pour la biodiversité.

UGS : Ondatra zibethicus Catégories : ,

Ondatra zibethicus

Nom Commun : Rat musqué
Catégorie : FAUNE
Famille : Cricetidae
Milieu : Eau douce
Origine géographique : Amérique du Nord
Nom Anglais : Muskrat
Auteur : Linnaeus, 1766
Introduction en France : Métropole

MODALITÉS DE GESTION
Le Rat musqué est inscrit sur la liste des organismes nuisibles aux végétaux dont la lutte est obligatoire (arrêté ministériel du 31 juillet 2000, modifié par l’arrêté ministériel du 25 novembre 2011). Dans ce cadre, le piégeage, le tir et le déterrage de rats musqués sont autorisés toute l’année.

Des campagnes de piégeage sont organisées dans plusieurs territoires français, notamment dans le Nord de la France :

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Introduit dans le nord et l’est de la France en 1920 pour l’exploitation de la fourrure, plusieurs populations se forment suite aux échappées des élevages après leur faillite dans les années 30. Depuis 1983, l’espèce est présente sur la quasi-totalité du territoire (Pascal, 2003).

De part sa consommation de végétation aquatique, il diminue les herbiers et impacte la composition des communautés végétales, perturbant également la reproduction de certains oiseaux, poissons et invertébrés (Nummi et al., 2006). Il consomme également une quantité importante de mollusques (Pascal, 2003). Comme le ragondin, par son comportement fouisseur, il dégrade les berges, accélère l’érosion et le colmatage du lit des rivières et ravage les prairies naturelles. Il impacte aussi fortement la succession des espèces végétales dans les milieux aquatiques (Danell, 1996). Le Rat musqué dégrade les berges et en accélère l’érosion, et dégrade les installations humaines (piliers de ponts, digues, etc.). Il est potentiellement porteur de plusieurs maladies présentant un risque pour l’homme, dont la leptospirose (Barrat et al., 2010), la toxoplasmose et l’echinoccocose alvéolaire  (Guedon, 2016).

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions :  Gérald Guédon, FREDON Pays de la Loire

Date de rédaction : 29/08/2017, version 2.

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
X