Ressources

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement

Baiwy, E., Schockert, V. & Branquart, E. (2013) Risk analysis of the raccoon dog Nyctereutes procyonoides, Risk analysis report of non-native organisms in Belgium. Cellule interdépartementale sur les Espèces invasives (CiEi), DGO3, SPW / Editions, 37 pp.

Dahl, F., Ahlén P-A., Swartström, J., Lindström, M. and Simmerlsgaard Platz, M-L. 2013. Management of the invasive Raccoon Dog (Nyctereutes procyonoides) in the north-European countries. LIFE09 NAT/SE/000344

Kauhala K., Auttila M. 2010. Habitat preferences of the native badger and the invasive raccoon dog in southern Finland. Acta Theriol. 55(3): 231-240.

Kauhala K., Kowalczyk R. 2011. Invasion of the raccoon dog Nyctereutes procyonoides in Europe: History of colonization, features behind its success, and threats to native fauna-a review. Current Zoology, 57(5): 584−598.

Kauhala K. 1996. Introduced carnivores in Europe with special reference to central and northern Europe. Wildlife biology, 2(3): 197–204.

Léger F. et Ruette, S. 2014. Raton laveur et chien viverrin : le point sur leur répartition en France. Faune Sauvage. 302 : 9-16

Léger F., Ruette S. 2005. Le Chien viverrin en France. Faune Sauvage, 269 : 4-13.

Sarat, E. (coord). 2012. Les vertébrés exotiques envahissants sur le bassin de la Loire (hors poissons) : connaissances et expériences de gestion. ONCFS, Plan Loire Grandeur Nature, 128 pp. (p. 70-73)

Espèce inscrite sur la liste des espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l’Union Européenne, en application du règlement européen  n°1143/2014

Espèce sur la liste des espèces de gibier dont la chasse est autorisée (arrêté du 26 juin 1987), et visée par l’arrêté du 28 juin 2016 sur les modalités de destruction des espèces non indigènes classées nuisibles.

Espèce interdite d’introduction dans le milieu naturel (arrêté du 30 juillet 2010), sa détention n’est autorisée qu’au sein d’un établissement d’élevage ou de présentation au public d’animaux d’espèces non domestiques autorisé (arrêtés du 10 août 2004).

CITATION

GT IBMA. 2016. Nyctereutes procyonoides. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Onema.

UGS : Nyctereutes procyonides Catégories : ,

Nyctereutes procyonoides

Nom commun : Chien viverrin
Catégorie : FAUNE
Famille : Canidae
Milieu : Eau douce
Origine géographique : Extrême-Orient – (Chine, Corée, Japon)
Nom Anglais : Racoon dog
Auteur : Gray, 1834
Introduction en France : Métropole

MODALITÉS DE GESTION
Le piégeage du chien viverrin est autorisé toute l’année, et hors de la période de chasse, son tir est soumis à autorisation délivrée par le préfet.

Un programme Life Européen de 3 ans a été lancé en 2010 sur la régulation du chien viverrin en Suède, en Finlande et au Danemark, où les populations sont importantes. Il comprend la mise en place de pièges photographiques, de pose de balises GPS sur des individus, et des campagnes de piégeages et de stérilisation (Dalh et al. 2013). Les premiers résultats sont positifs, mais les modèles utilisés montrent que la population ne diminuera significativement que si ces actions sont poursuivies sur le long terme.

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Importé en Europe de l’est pour les élevages de fourrures entre les années 1930 et 1950, l’espèce s’est ensuite répandue en Europe via des échappées ou des relâchés. En France, des individus sont observés depuis les années 1970 : une enquête de l’ONCFS a rapporté 74 observations entre 1975 et 2005, dont 4 cas de reproduction en nature, et 64 nouvelles données ont été enregistrées entre 2005 et 2013 (Léger et Ruette, 2014). La plupart des individus observés dans le nord-est (Alsace, Lorraine et Franche-Comté) seraient issus des populations allemandes, et les observations sur le reste du territoire seraient issus d’évasions de parcs zoologiques ou de particuliers. Ces observations restent rare en France, et il ne semble pas y avoir d’installation d’un foyer de population, cependant le dynamisme des populations en Allemagne implique une vigilance face l’évolution de la situation.

Le chien viverrin est suspecté d’avoir un impact sur les populations d’amphibiens, notamment sur les îles et les habitats fragmentés (Kauhala et Auniola, 2001). Il rentre en compétition, directe ou indirecte, avec le Blaireau et le Renard roux (Kauhala et Auttila, 2010 ; Kauhala et Kowalczyk, 2011). Il est également un vecteur de la rage, de la gale, de la trichinose et d’Echinococcus multilocularis (plathelminthe) (Kauhala et Auniola, 2001 ; Duscher et al., 2017).

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions : Jean-François Maillard, ONCFS.

Date de rédaction : 07/03/2017, version 1

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
Cygnus atratus - Emilie Mazaubert
X