CITATION

GT IBMA. 2017. Microstegium vimineum. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Agence Française pour la biodiversité.

UGS : Microstegium vimineum Catégories : ,

Microstegium vimineum

Nom commun : Microstegium vinimeum
Catégorie : FLORE
Famille : Andropogoneae
Milieu : Berges de cours d’eau, prairies humides, forêts, milieux perturbés
Origine géographique : Chine, Inde, Iran, Japon, Myanmar, Thailande, Vietnam, Philippines, Taiwan
Nom anglais : Japanese stiltgrass, Nepalese browntop
Auteur : (Trin.) A. Camus
Introduction en France :

MODALITÉS DE GESTION
Il existe très peu de modalités de gestion applicables actuellement pour éliminer cette espèce. L’arrachage manuel peut être réalisé à la fin de l’été, avant la libération des graines. La fauche est efficace si elle est également effectuée à la fin de l’été. Il n’y a pas de contrôle biologique disponible actuellement (CABI, 2015).

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Microstegium vimineum n’est pas encore présent en France. Cette graminée annuelle a été introduite accidentellement aux États-Unis dans l’État du Tennessee en 1918. L’espèce était employée comme matériel d’emballage de porcelaine chinoise, et ces matériaux mis au rebut contenant des graines pourraient avoir été la source d’introduction. L’espèce est maintenant recensée dans 27 états (USDA, NRCS, 2014). M. vimineum est devenu un problème important dans les forêts de nombreux États de l’Est et du Midwest. L’espèce se propage rapidement en raison de la production élevée de semences et est capable d’exclure la végétation indigène. Sa dispersion est facilitée par les cerfs qui la consomment (Baiser et al., 2008 in USDA, NRCS, 2014). M. vimineum est établi dans le Caucase du Sud, y compris l’Azerbaïdjan, la République de Géorgie et la Turquie et dans le Caucase du Nord (Valdés et al., 2009 in EPPO, 2008).

M. vimineum peut former des peuplements quasi monospécifiques qui remplacent les communautés végétales indigènes. Une fois établie, l’espèce peut faire disparaître la végétation herbacée indigène dans les zones humides et les forêts au bout de 3 à 5 ans. Les populations de M. vimineum altèrent la qualité de la nidification de la faune (par exemple, celle des cailles) et créent un excellent habitat pour les rats (EPPO, 2008).

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions :

Date de rédaction : 27/07/2017, version 1

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
X