Ressources

Berger, L., Speare, R., & Hyatt, A. (1999). Chytrid fungi and amphibian declines: overview, implications and future directions. frogs, 23.

Berroneau, M., Detaint, M., Coïc, C. (2007). Premiers résultats du suivi radio télémétrique de la Grenouille taureau en Gironde (septembre 2004 – juin 2005). Bulletin de la Société Herpétologique de France, 121, 21–33.

Berroneau, M., Detaint, M., Coïc, C. (2008). Bilan du programme de mise en place d’une stratégie d’éradication de la Grenouille taureau Lithobates catesbeianus (Shaw, 1802) en Aquitaine (2003-2007) et perspectives. Bulletin de la Société Herpétologique de France, 127, 35–45.

Bramard, M. (2005). Test de capture de la Grenouille taureau au moyen de la pêche électrique et de la senne en Sologne (p. 22). Conseil supérieur de la pêche.Both, C., Lingnau, R., Santos, J. A., Madalozzo, B., Lima, L. P., Grant, T. (2011). Widespread Occurrence of the American Bullfrog, Lithobates catesbeianus (Shaw, 1802) (Anura: Ranidae), in Brazil. South American Journal of Herpetology, 6, 127–134.

CDPNE, & SEBB. (2010b). Grenouille taureau Rana catesbeiana (Shaw,1802) : Bilan des prospections et de la phase opérationnelle 2011 (p. 34). CDPNE et SEBB.

CDPNE, & SEBB. (2012). Grenouille taureau Rana catesbeiana (Shaw,1802) : Bilan des prospections et de la phase opérationnelle 2012 (p. 40). CDPNE et SEBB.

Cistude Nature. (2004). Protocole d’inventaire de la Grenouille taureau utilisé dans le cadre du programme pluriannuel de mise en place de son éradication dans le sud-ouest de la France. Cistude Nature.

Coïc, C., & Détaint, M. (2001). Invasion de la Grenouille taureau (Rana catesbeiana Shaw) en France : Synthèse bibliographique – Suivi 2000-2001 – Perspectives (p. 30). Association Cistude Nature.

Dejean, T, Valentini, A, Miquel, C, Taberlet, P, Bellemain, E, Miaud, C. (2012). Improved detection of an alien invasive species through environmental DNA barcoding: the example of the American bullfrog Lithobates catesbeianus : Alien invasive species detection using eDNA. Journal of Applied Ecology, 49:953–959.

Détaint, M., & Coïc, C. (2003). La Grenouille taureau : Rana catesbeiana Shaw, 1802. In Évolution holocène de la faune de Vertébrés de France : invasions et disparitions (p. 154‑156). Paris: Institut National de la Recherche Agronomique, Centre National de la Recherche Scientifique, Muséum National d’Histoire Naturelle.

Detaint, M., Coïc, C. Etude de la répartition de la Grenouille taureau dans le sud-ouest de la France : données 2003-2004. Poster scientifique. Congrès de la Société Herpétologique de France.

Ficetola, G. F., Coïc, C., Detaint, M., Berroneau, M., Lorvelec, O., & Miaud, C. (2006). Pattern of distribution of the American bullfrog Rana catesbeiana in Europe. Biological Invasions, 9(7), 767‑772. doi:10.1007/s10530-006-9080-y

Ficetola, G. F., Thuiller, W., & Miaud, C. (2007). Prediction and validation of the potential global distribution of a problematic alien invasive species-the American bullfrog. Diversity and Distributions, 13(4), 476–485.

Ficetola, GF, Maiorano, L, Falcucci, A, Dendoncker, N, Boitani, L, Padoa-Schioppa, E, and others. (2010). Knowing the past to predict the future: land-use change and the distribution of invasive bullfrogs. Global Change Biology, 16:528–537.

Ficetola, GF, Scali, S, Di Tizio, L, Di Cerbo, AR, Di Francesco, N, Cameli, A. (2010). Invasive amphibians and reptiles in Italy. In: Atti VIII Congresso Nazionale Societals Herpetologica Italica. pp. 335–340.

Garner, T. W. ., Perkins, M. W., Govindarajulu, P., Seglie, D., Walker, S., Cunningham, A. A., & Fisher, M. C. (2006). The emerging amphibian pathogen Batrachochytrium dendrobatidis globally infects introduced populations of the North American bullfrog, Rana catesbeiana. Biology Letters, 2(3), 455.

Michelin, G, Daimé, B, Boilet, S. (2013). ADN environnemental. Détection de l’Espèce Exotique Envahissante Grenouille taureau, Sologne. Décembre 2013.

Parc Naturel Régional Périgord-Limousin. (2012). De la lutte contre la Grenouille taureau à la mise au point d’une méthode d’étude de la biodiversité. Restitution d’un travail de recherche conduit dans le cadre d’une thèse de doctorat et d’un programme de coopération financés par la Région Limousin et le FEDER Limousin.

Orchard, S. A. (2011). Removal of the American bullfrog, Rana (Lithobates) catesbeiana, from a pond and a lake on Vancouver Island, British Columbia, Canada. Island invasives: eradication and management. IUCN (Gland, Switzerland), 1–542.

Ouellet, M, Dejean, T, Galois, P. (2012). Occurrence of the amphibian chytrid fungu Batrachochytrium dendrobatidis in introduced and native species from two regions of France. Amphibia-Reptilia, 33:415–422.

Sarat E. (coord). 2012. Les vertébrés exotiques envahissants sur le Bassin de la Loire (hors poissons) – Connaissances et expériences de gestion. Office national de la chasse et de la faune sauvage,Plan Loire Grandeur Nature, 128 pp.

Sarat E., Mazaubert E;, Dutartre A., Poulet N., Soubeyran Y. 2015. Les espèces exotiques envahissantes dans les milieux aquatiques : connaissances pratiques et expériences de gestion. Volume 2 : expériences de gestion. Onema. Collection comprendre pour agir. 240 pp.

Espèce inscrite sur l’arrêté du 30 juillet 2010 interdisant sur le territoire métropolitain l’introduction dans le milieu naturel de certaines espèces d’animaux vertébrés.

Espèce dont la détention est soumise à autorisation :

  • Arrêté du 10 août 2004 (en lien avec la CITES) fixant les conditions d’autorisation de détention d’animaux de certaines espèces non domestiques dans les établissements d’élevage, de vente, de location, de transit ou de présentation au public d’animaux d’espèces non domestiques
  • Arrêté du 10 août 2004 fixant les règles générales de fonctionnement des installations d’élevage d’agrément d’animaux d’espèces non domestique

Importation interdite dans la communauté européenne (CE 349 25/02/2003).

Espèce inscrite sur la liste des espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l’Union Européenne, en application du règlement européen  n°1143/2014

CITATION

GT IBMA. 2016. Lithobates catesbeianus. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Onema.

UGS : Lithobates catesbeianus Catégories : ,

Lithobates catesbeianus

Noms commun : Grenouille taureau
Catégorie : FAUNE
Famille : Ranidae
Milieu : Eau douce
Origine géographique : Amérique du Nord – côte est des États-Unis
Nom Anglais : American bullfrog
Auteur : Shaw, 1802
Introduction en France : métropole

MODALITÉS DE GESTION
En France, plusieurs programmes de gestion sont menés et font l’objet, depuis 2016, d’un programme européen LIFE CROAA (Control strategies of invasive alien amphibians) (LIFE15 NAT/FR/000864). Ce programme se donne pour objectif d’améliorer l’état de conservation des populations locales d’amphibiens autochtones, affaiblies par la présence d’espèces exotiques envahissantes d’amphibiens. Parmi ses axes d’action, le programme vise à identifier et d’appliquer une stratégie optimale de lutte contre les amphibiens exotiques envahissants. Deux espèces présentes en France sont particulièrement ciblées : la Grenouille taureau (Lithobates catesbeianus) et le Xénope lisse (Xenopus laevis).

Plusieurs méthodes de gestion ont pu être expérimentées : piégeage, tir nocturne et diurne, destruction des pontes, barrières de piégeages, pêches et vidanges d’étang. Sur chacun des sites d’intervention, la combinaison de ces méthodes permet d’obtenir des résultats encourageants (Sarat et al., 2015). Au Canada, des pêches électriques expérimentales ont été menées et ont donné des résultats satisfaisants (Sarat et al., 2015).

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Ramenés volontairement des États-Unis en 1968, une dizaine d’individus ont été placés dans un bassin ornemental en Gironde. L’espèce a également été introduite en Sologne où sa découverte date de 2002. Les plus vieux individus éliminés avaient une dizaine d’années, ce qui impliquerait une introduction de têtards de Grenouille taureau dans les années 1990, ou alors une introduction plus tardive d’individus déjà métamorphosés. Actuellement, l’espèce occupe le grand sud-ouest de la France ce qui représente la deuxième plus grande aire européenne où la Grenouille taureau est présente  (Sarat, 2012).

La Grenouille taureau est très compétitive dès le stade larvaire. Au stade adulte son régime alimentaire est très large (Détaint et Coïc, 2003). Elle menace directement la survie des amphibiens indigènes, par prédation directe et par compétition interspécifique en occupant les mêmes habitats. Elle est également susceptible de leur transmettre des pathologies (salmonellose, sparganose), et plus particulièrement le chytride, agent pathogène de la chytridiomycose dont elle est porteuse saine (Garner et al.,  2006). Or cette maladie est reconnue comme une cause majeure d’extinction pour les amphibiens (Berger et al., 1999).

La présence de grenouilles taureau peut avoir des impacts sur l’activité piscicole de certains étangs.  Il est nécessaire de contrôler les poissons pêchés pour éviter le déplacement de têtards de Grenouille taureau en dehors des sites colonisés (Sarat, 2012 et Sarat et al., 2015).

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions :

Date de rédaction : 26/07/2016, version 1

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
X