Ressources

Bertrin V., Dutartre A., Delest B., Eon M., Fournier A., Jan G., Laplace-Treyture C., Madarassou K., Moreira S., Moirin S., Rosebery J. 2014. Evaluation de l’impact de la moisson de Lagarosiphon major dans l’Etang Blanc (Landes). Syndicat mixte Géolandes, Irstea, Région Aquitaine, Agence de l’eau Adour-Garonne. 52pp.

Dutartre, A., & Oyarzabal, J. (1993). Gestion des plantes aquatiques dans les lacs et les étangs landais. Hydroécologie Appliquée, 5, 43‑60. http://doi.org/10.1051/hydro:1993204

Caffrey, J.M., Millane, M., Evers, S., Moran, H. and Butler, M. (2010). A novel approach to aquatic weed control and habitat restoration using biodegradable jute matting. Aquatic Invasions 5 :123-129.

Caffrey J. 2013. Control of Aquatic species and restoration of natural communities in Ireland (CAISIE). Layman’s report. 17 pp.

Caffrey J. 2013. Control of Aquatic species and restoration of natural communities in Ireland (CAISIE). Final report. 69 pp.

Kelly, J., Tosh, D., Dale, K., and Jackson, A. 2013. The economic cost of invasive and non-native species in Ireland and Northern Ireland. Northern Ireland Environment Agency and National Parks and Wildlife Service, Invasive Species Ireland. 95 pp.

Fournier L., Zuazo A. 2012, Organisation de la gestion des plantes exotiques envahissantes dans les lacs et étangs littoraux landais. Sciences, Eaux et Territoires, 6 : 42-45.

Lafontaine, R.-M., Beudels-Jamar, R.C., Delsinne, T., Robert, H. 2013. Risk analysis of the Curly Waterweed Lagarosiphon major (Ridley) Moss. Risk analysis report of non-native organisms in Belgium from the Royal Belgian Institute of Natural Sciences for the Federal Public Service Health, Food chain safety and Environment. 57 pp.

Dutartre A., Oyarzabal J., Fournier L. 2003. Interventions du Syndicat Mixte Géolandes dans la régulation des plantes aquatiques envahissantes des lacs et des étangs du littoral landais. Gestion des espèces exotiques envahissantes en zones humides, Sallertaine, 13 et 14 novembre 2003. Aestuaria, 6 : 79-97.

Géolandes, 2004. Document de session de formation plantes aquatiques « Présentation des lacs et des étangs landais, de la dynamique de quelques plantes aquatiques indigènes et exotiques et des modalités de gestion des plantes exotiques envahissantes ».

Castagnos E., Dutartre A., 2001. Évolutions récentes des peuplements de plantes aquatiques exotiques dans les lacs et les étangs landais (Landes, France). Cemagref, unité de recherche Qualité des eaux et Géolandes, Étude 66, 227 pp.

Dutartre A., Delarche A. et Dulong J. 1989. Plan de  gestion de la végétation aquatique des lacs et étangs landais. Etude CEMAGREF Bordeaux, 38 : 121 pp.

Espèce non réglementée.

CITATION

GT IBMA. 2016. Lagarosiphon major. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Agence française pour la biodiversité.

UGS : Lagarosiphon major Catégories : ,

Lagarosiphon major

Noms communs : Lagarosiphon majeur, Grand lagarosiphon
Catégorie : FLORE
Famille : Hydrocharitaceae
Milieu : Eaux stagnantes et à faible courant
Origine géographique : Afrique du Sud – (province du Cap)
Nom Anglais : Curly waterweed
Auteur : (Ridley) Moss
Introduction en France : Métropole

MODALITÉS DE GESTION
Des interventions de moisson de Lagarosiphon major ont été entreprises dès 1990 sur l’Étang blanc, dans le département des Landes. Ces interventions permettent de couper et de récolter les plantes avec un bateau moissonneur. Les plantes sont coupées le plus près du fond du plan d’eau, à la base des plantes. La moisson est réalisée annuellement, un moisson bisannuelle n’ayant aucun effet sur la production végétale.

En Irlande, des essais d’exclusion de lumière ont été réalisés par pose de toile de jute biodégradable sur le fond du lac, du début de l’été jusqu’à l’automne. Des opérations de coupe mécanique ont également été effectuées sur d’autres zones du site colonisé.

Pour les petites surfaces, l’arrachage manuel par des plongeurs peut être pratiqué. Dans tous les cas, il est indispensable de prendre des mesures de précautions pour éviter la dispersion de fragments (filets, etc.).

 

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Plante très appréciée en aquariophilie, elle a été rejetée dans le milieu naturel. En France, le Lagarosiphon a été observé pour la première fois dans le milieu naturel dans le Bassin parisien, en 1940.

Capable de créer des herbiers denses sur de très grandes superficies, cette plante peut engendrer une augmentation de la sédimentation dans les plans d’eau. Les modifications physico-chimiques (cycles d’oxygène et de pH) peuvent également être des causes de choc vis-à-vis des populations piscicoles mais peu d’informations sont disponibles sur ce point. L’évolution des herbiers vers la monospécificité conduit dans certains secteurs colonisés à la régression, voire la disparition des espèces hydrophytes indigènes. Cette espèce est aussi source de gêne pour la plupart des loisirs nautiques, ralentissant ou empêchant les déplacements des embarcations, limitant la pratique de la pêche, etc. Enfin, sa capacité à s’étaler à la surface des eaux peut être la cause de modifications esthétiques des milieux ressenties comme des nuisances par les usagers (Dutartre, 2004, in Muller, 2004).

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions :

Date de rédaction : 12/05/2016, version 1

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
X