Ressources

CITATION

GT IBMA. 2016. Impatiens glandulifera. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Onema.

UGS : Impatiens glandulifera Catégories : ,

Impatiens glandulifera

Noms communs : Balsamine de l’Himalaya, Balsamine géante, Balsamine glanduleuse, Impatiente de l’Himalaya
Catégorie : FLORE
Famille : Balsaminaceae
Milieu : Ripisylve, berges de cours d’eau, fossés, talus humides, friches humides
Origine géographique : Ouest de l’Himalaya – (Cachemire au Népal)
Nom Anglais : Himalayan balsam
Auteur : Royle, 1835
Introduction en France : métropole

MODALITÉS DE GESTION
L’arrachage manuel de cette plante annuelle, en essayant d’extraire l’appareil racinaire peu développé, semble être la méthode la plus efficace et certainement la plus douce pour le milieu. Cette méthode est envisageable pour de petites surfaces colonisées. Ces méthodes de gestion seront d’autant plus efficaces à moyen et long terme si elles se déroulent avant la floraison et sont accompagnées de travaux de renaturation des sites affectés. Par exemple, le reboisement des ripisylves à l’aide d’essences locales et adaptées (saules, aulnes, etc.) peut freiner, voire empêcher, le retour de la Balsamine géante (CBN Bailleul).

Pour des surfaces colonisées plus importantes, le fauchage est la méthode de gestion la plus efficace connue à ce jour. Celui-ci doit se réaliser juste avant la floraison pour éviter la formation et dispersion des graines. Il est impératif de faucher la plante en dessous du premier nœud pour éviter toute repousse. Il est recommandé de pratiquer un deuxième fauchage 3 à 4 semaines après le premier passage (CBN Bailleul, Sarat et al., 2015).

Ces deux types d’opération sont à réaliser plusieurs années de suite afin d’éliminer les massifs de Balsamine géante du milieu et d’épuiser le stock de graines contenu dans le sol (la viabilité des graines est estimée à quelques années) (CBN Bailleul).

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
La Balsamine de l’Himalaya a été introduite en Europe au XIXème siècle, au jardin botanique de Kew en 1839, comme plante méllifère et ornementale. En France, l’espèce est observée à partir du début du XXème siècle en bordure de cours d’eau, dans la plaine du Rhin et des Vosges, ainsi que dans le Massif central et les Pyrénées. Elle est devenue invasive depuis environ 50 ans (Muller, 2004 ; Fried, 2012).

Les colonies de Balsamine de l’Himalaya conduisent à une augmentation de l’érosion des berges et des terrasses en hiver, lors de la disparition de la plante, laissant le sol quasi à nu. Sa masse luxuriante en bordure des rivières entrave l’évacuation de l’eau lors des phases de crues. Les peuplements monospécifiques de Balsamine de l’Himalaya peuvent entrainer une baisse de la diversité floristique des zones alluviales et rivulaires (disparition locale de 12 à 25 % des espèces initialement présentes). Les espèces héliophiles de petite taille sont en particulier concernées par l’ombrage créé par les peuplements denses de balsamine. Ses fleurs, très riches en nectar, attirent de nombreux insectes pollinisateurs qui sont ainsi détournés des plantes indigènes, ce qui peut affecter leur succès reproducteur (baisse du nombre de graines produites) (Fried, 2012, Muller, 2004).

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions : Christophe Pineau (Cerema Ouest), Laurent Chabrol (Conservatoire botanique national du Massif central)

Date de rédaction : 26/07/2017, version 3

 

 

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
Cyperus_esculentus Blahedo
X