CITATION

GT IBMA. 2016. Helianthus tuberosus. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Onema.

UGS : Helianthus tuberosus Catégories : ,

Helianthus tuberosus

Nom commun : Topinambour
Catégorie : FLORE
Famille : Asteraceae
Milieu : Berges et bancs de graviers ou de vases des cours d’eau, ripisylves
Origine géographique : Amérique du Nord
Nom Anglais : Jerusalem artichoke
Auteur : Linné, 1753
Introduction en France : Métropole et outre-mer

MODALITÉS DE GESTION
En Allemagne, les populations de Topinambour ont été contrôlées efficacement en réalisant une fauche mécanique deux fois par an, fin juin et en août, pendant deux ans. La fauche doit absolument être réalisée pendant que les tubercules formés l’année précédente sont consommés et avant que les nouveaux ne soient formés. L’arrachage des plantes coupées n’a pas amélioré les résultats des interventions de gestion. Les plantes peuvent néanmoins être arrachées manuellement dans les sols légers, en octobre et au début du printemps. Si cet arrachage est réalisé trop tardivement, les tubercules restent ancrés dans le sol (CABI, 2015).

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Le Topinambour a été introduit en France en 1617, comme plante alimentaire à la table des princes, pour ses tubercules comestibles, riches en inuline et en vitamines (A, B3 et C). Elle s’est progressivement popularisée et a été disséminée dans les jardins des pays d’Europe occidentale et centrale, d’où elle s’est échappée et naturalisée à partir du milieu du XIXème siècle (Fried, 2012 ; Muller, 2004).

Le Topinambour forme, par reproduction végétative à partir de ses tubercules, des peuplements monospécifiques denses dans lesquels peu d’autres espèces peuvent subsister. Elle est considérée comme aussi compétitive dans les milieux alluviaux que la Renouée du Japon. Le Topinambour s’oppose ainsi à la dynamique naturelle de colonisation ligneuse des friches herbacées dans les zones alluviales. De plus, il favoriserait le sapement et l’érosion des berges à cause de la décomposition précoce de ses tiges au début de l’hiver qui met le sol à nu (Muller, 2004).

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions :

Date de rédaction : 10/05/2016, version 1

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
X