Ressources

Pas de retour d’expérience de gestion disponible actuellement.

Espèce protégée (arrêté du 29 octobre 2009).

Espèce dont la détention est soumise à autorisation :

  • Arrêté du 10 août 2004 (en lien avec la CITES) fixant les conditions d’autorisation de détention d’animaux de certaines espèces non domestiques dans les établissements d’élevage, de vente, de location, de transit ou de présentation au public d’animaux d’espèces non domestiques
  • Arrêté du 10 août 2004 fixant les règles générales de fonctionnement des installations d’élevage d’agrément d’animaux d’espèces non domestique

CITATION

GT IBMA. 2017. Cygnus olor. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Agence française pour la biodiversité.

UGS : Cygnus olor Catégories : ,

Cygnus olor

Nom commun : Cygne tuberculé
Catégorie : FAUNE
Famille : Anatidae
Milieu : Eau douce
Origine géographique : Asie – Europe centrale
Nom Anglais : Mute Swan
Auteur : Gmelin, 1803
Introduction en France : métropole

MODALITÉS DE GESTION
Une expérimentation de gestion a été menée sur les populations du marais Audomarois (Pas-de-Calais) sur 5 ans en 2009-2013, puis reconduite sur 3 ans (2014-2017), en raison des dégâts causés par les cygnes sur les cultures maraichères.

Une campagne de stérilisation des œufs a été mise en place, ainsi que des prélèvements d’individus erratiques. Les tirs ont été réalisés par des agents de l’ONCFS, et les prélèvements sont restés inférieurs à 15 % de l’effectif total de la population. Ces interventions ont été autorisées par la préfecture, par dérogation aux interdictions portant sur les espèces protégées.

Cette expérimentation a donné des résultats positifs. Les effectifs de cygnes durant la période de reproduction ont diminué de 28 %, et le préjudice lié aux dégâts causés a diminué et s’est stabilisé. Les gestionnaires préconisent donc de poursuivre cette méthode de régulation avec un quota limité à 35 cygnes prélevés par an (Millot, 2013 ; Millot, 2017).

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTÉS
Introduit comme oiseau d’agrément et consommé au Moyen-âge, l’espèce n’était à l’époque pas répandue à l’état sauvage. Les individus actuels seraient issus d’échappées d’élevages plus récents, l’espèce s’étant répandue à l’état sauvage à partir des années 1970. Elle est aujourd’hui présente sur quasiment tout le territoire (Triplet et al. 2003).

Les individus nicheurs peuvent présenter des comportements très agressifs envers les autres espèces nicheuses, mais leur impact réel sur les autres espèces est discuté (Gayet, 2010). L’espèce a également un impact sur la flore aquatique et les berges par son alimentation et son piétinement, et elle favorise l’eutrophisation des milieux aquatiques par ses déjections (Triplet et al. 2003)

Répartitions :
En France
En Europe

Contributions : Jean-François Maillard, ONCFS.

Date de rédaction : 21/02/2017, version 1.

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
Branta canadensis - Carmen Martinez
X