Principaux termes utilisés pour décrire les invasions biologiques

Espèce exotique envahissante (ou espèce invasive) : conformément aux définitions de l’UICN, de la Convention sur la diversité biologique, du Parlement européen et du Conseil de l’Europe, une espèce exotique envahissante est une espèce introduite par l’homme en dehors de son aire de répartition naturelle (volontairement ou fortuitement) et dont l’implantation et la propagation menacent les écosystèmes, les habitats ou les espèces indigènes avec des conséquences écologiques et/ou économiques et/ou sanitaires négatives.

Les espèces introduites n’induisent pas toutes des conséquences négatives au sein des écosystèmes dans lesquelles elles s’installent. Seule une partie d’entre-elles est à l’origine d’impacts négatifs, directs ou indirects, observés à différents niveaux. Elle peuvent causer de graves impacts écologiques en affectant la composition spécifique et le fonctionnement des écosystèmes d’accueil, engendrer des conséquences socio-économiques en perturbant certaines activités économiques (agriculture, foresterie, etc.), et affecter la santé humaine.

Les espèces exotiques envahissantes se rencontrent dans tous les groupes taxonomiques : virus, champignons, algues, plantes vasculaires, invertébrés, reptiles, amphibiens, oiseaux, poissons, mammifères, etc.

En toute rigueur, il conviendrait de parler de populations exotiques envahissantes et non d’espèces exotiques envahissantes, le terme espèce rassemblant toutes les populations, celles de l’aire d’origine comme celles de l’aire d’introduction (Pascal et al., 2006). C’est pourquoi la définition à utiliser pourrait comporter le terme “population” en remplacement du terme “espèce”. Par ailleurs, toutes les populations introduites d’une même espèce ne sont pas susceptibles de devenir invasives.

Invasion biologique : Phénomène correspondant à l’expansion d’une espèce hors de son aire de répartition naturelle, y constituant, une ou des populations pérennes et autonomes, généralement sans aide humaine dans les milieux colonisés. Trois phases, l’arrivée, l’établissement, l’expansion, y sont généralement discriminées

Introduction : déplacement par l’homme, délibéré ou accidentel, d’une espèce exotique hors de son aire de répartition naturelle, passée ou présente. Ce déplacement peut s’opérer entre différents pays ou à l’intérieur d’un même pays.

Introduction intentionnelle : déplacement délibéré et/ou libération par l’homme d’une espèce exotique hors de son aire de répartition naturelle.

Introduction accidentelle : toute autre introduction qui n’est pas intentionnelle.

Espèce exotique (ou espèce introduite) : une espèce, sous-espèce ou un taxon inférieur introduit par l’homme à l’extérieur de sa région naturelle ou n’importe quelle partie, gamète, graine, oeuf ou propagule de cette espèce capable de survivre et de se reproduire par la suite.

Espèce naturalisée : une espèce, sous-espèce ou un taxon inférieur exotique dont les populations se reproduisent et se perpétuent de manière autonome, sans l’aide de l’homme.

Espèce indigène : une espèce, sous-espèce ou un taxon inférieur présent naturellement à l’intérieur d’un territoire, y compris la zone qu’elle peut atteindre et occuper en utilisant ses propres moyens de déplacement.

Espèce endémique : une espèce, sous-espèce ou un taxon inférieur dont la distribution géographique est limitée à un territoire (une île, une montagne, une vallée, etc.) et se retrouve pas ailleurs à l’état naturel.

Contacter le Centre de ressources EEE

Pour toute information, n'hésitez pas à nous contacter. Vous reviendrons vers vous le plus rapidement possible. Cordialement, l'équipe de mise en oeuvre du Centre de ressources EEE.

Not readable? Change text. captcha txt
0
X